RETOUR     ECOLOGIE AQUATIQUE


3 questions à …
Frédéric Labat, responsable du Pôle R&D d'Aquabio et auteur de l’étude " A new method to estimate aquatic invertebrate diversity in French shallow lakes and ponds "

Après plus de 4 années de recherche menée par Frédéric Labat dans le cadre du projet BIOME (BIOindication des Mares et des Etangs), les premiers résultats viennent d’être publiés dans la revue " Ecological Indicators ". L’occasion d’en savoir plus sur cette étude née à Aquabio.

Pouvez-nous en dire plus sur cette revue et en quoi est-ce important de partager ces premiers constats ?
F.L : " Ecological Indicators est une revue internationale destinée aux chercheurs. Elle fait partie des plus cotées dans le domaine de l’écologie. Être publié dans ce support est une reconnaissance de la qualité de la recherche menée et de son intérêt. C’est aussi une formidable opportunité de partager avec la communauté scientifique ces nouvelles connaissances pour faire évoluer les pratiques ".

Quel est l’apport de cette étude par rapport aux connaissances actuelles sur le sujet ?
F.L : " C’est la première étude réalisée à l’échelle de la métropole sur les mares et les étangs, mais aussi la première en Europe à s’intéresser à tous les groupes d’invertébrés. Les précédentes études sur le sujet étudiaient seulement certains groupes d’invertébrés aquatiques patrimoniaux ou attractifs pour le public, ou utilisaient des approches globales mais qui négligeaient certains groupes avec une forte biodiversité. Etant donné que les différentes espèces d’invertébrés aquatiques sont très difficiles à identifier, notre objectif était de mettre au point une méthode simplifiée permettant une identification reproductible et rapide. J’ai donc analysé et déterminé tous les groupes aquatiques de nos prélèvements, soit 606 taxons provenant de 46 sites dans des contextes très variés en France pour mettre au point une méthode à moindre coût permettant d’obtenir l’image la plus fiable possible de la biodiversité en invertébrés et l’utilisation d’indicateurs variés destinés à évaluer le fonctionnement des plans d’eau. Cela permet de faire un suivi robuste de ces plans d’eau dans le but de mieux les gérer ".

Quelles sont les prochaines étapes de développement du projet BIOME ?
F.L : " Maintenant que les niveaux d’identification sont définis, les analyses de plus de 200 plans d’eau sont en cours de traitement. Le but est de finaliser des indicateurs fonctionnels pour les invertébrés et macrophytes. Nous livrerons ces outils d’aide à la décision pour 2018. Nous nous engageons également dans une approche de co-construction avec tous les gestionnaires qui se trouvent confrontés à certaines problématiques sur les plans d’eau peu profonds. Leur pratique du terrain nous permet d’alimenter notre réflexion pour imaginer des indicateurs complémentaires et ainsi répondre à leurs besoins."

Retrouvez l'intégralité de la publication ici (accès payant)  

Le projet BIOME, piloté et financé par Aquabio depuis 2012, est depuis 2016 co-financé par le programme investissements d'avenir Biodiversité piloté par l'ADEME. Ce projet a pour partenaire la Fédération Départementale des Associations Agréées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de Gironde (FDAAPPMA33) pour développer des outils d'évaluation du potentiel frayères à brochet des zones humides alluviales et de marais.

         PARTAGEZ