RETOUR     LA VIE D'AQUABIO







Organisation du travail en laboratoire pour l'année 189

La fin du terrain approchant, voici les décisions prises en terme de conduite du travail en laboratoire 189.

Pour tous les laboratoires, un calcul de capacités a été réalisé par chaque directeur d’agence en partant d’éléments suivants :

- la définition d’objectifs par opérateur en fonction de l’expérience, des capacités et des temps de structure définis par budget

- la prise de 3 semaines de congés par opérateur sur la période de laboratoire

Les choix de leviers ont été faits dans le souci de ne pas faire appel aux heures supplémentaires pour l’instant. L’étude a porté sur des options permettant de ne pas générer d’heures supplémentaires. Toutefois, la pose des congés et le bilan des heures supplémentaires réalisées en phase terrain permettront d’affiner le prévisionnel de laboratoire au mois de septembre. Le CODIR s’est fixé mi-octobre pour revenir sur la décision si nécessaire.

  • Laboratoire « macroinvertébrés »

Pour le laboratoire « macroinvertébrés », viennent s’ajouter les éléments suivants :

- une marge de sécurité de 15 % a été prise en compte. L’année dernière, l’évaluation des capacités avait été réalisée plus tardivement en octobre avec une marge de 10 % ce qui avait permis de finir dans les délais prévus. Avec les ajustements liés à la mise en place de Formul’air et une évaluation réalisée plus tôt que l’an dernier, le choix a été fait de remonter la marge à 15 %.

- un partenariat avec du personnel extérieur (analyses réalisées dans les locaux d'Aquabio)

Afin d’effectuer les rendus dans le respect des exigences clients tout en assurant les conditions de travail des hydréocologues au laboratoire, les leviers suivants ont été validés lors du dernier CODIR :

- rendre en retard deux études en assumant éventuellement les pénalités de retard,

- embaucher 6 macroinvertébristes à partir du 1er octobre. Cette estimation est basée sur la réalisation de 2,5 eqMPCE/semaine par nouvel opérateur. Les objectifs des formateurs ont également été calculés en tenant compte de ces embauches.

  • Laboratoire « microalgues » 

Pour le laboratoire « diatomées », viennent s’ajouter les éléments suivants 

- une marge de sécurité de 10 % a été prise en compte.

- la sous-traitance et le partenariat avec du personnel extérieur (analyses réalisées dans les locaux d'Aquabio)

Le volume commandé est supérieur à l’an dernier et s’explique notamment par la commande des analyses IBD de l’année 2017 prélevés par ASCONIT sur le marché Rhin-Meuse.

Afin d’effectuer les rendus dans le respect des exigences clients tout en assurant les conditions de travail des hydréocologues au laboratoire, les leviers suivants ont été validés lors du dernier CODIR :

- rendre une étude en retard en assumant les éventuelles pénalités de retard,

- deux embauches en CDD d’anciens diatomistes d’ASCONIT.

Pour faire face à la problématique microalgues sur le long terme, il a été acté la formation d’une technicienne et l’embauche d’une phytoplanctoniste.

         PARTAGEZ