RETOUR     ACTUALITÉS


 Retour sur les journées techniques des 17 et 18 octobre 2018 : la chaîne des lacs et étangs du littoral aquitain

Les 17 et 18 octobre 2018 se sont déroulées les journées techniques à Biscarrosse (40) sur les lacs et étangs du littoral aquitain, organisées par l’agence de l’eau Adour-Garonne. Ces journées ont regroupé différents acteurs de l’eau : élus, représentants de l’État, gestionnaires, chercheurs, structures privées et publiques, associations et usagers. Les dernières journées techniques sur ce territoire remontaient à 1992.

L’objectif de ces journées était de :

  • synthétiser, partager la connaissance et déterminer les axes de connaissance à développer sur ce territoire

  • ouvrir le débat sur la coordination de la connaissance et son partage au service des actions territoriales et sur une gouvernance et gestion collective des plans d’eau à l’échelle de ce territoire.

Cette chaîne de lacs et étangs fait l’objet de nombreux suivis puisque ce territoire constitue un patrimoine naturel remarquable. L’évolution géomorphologique du littoral aquitain a déterminé l’apparition d’écosystèmes très particuliers. Ces types de formations, liés à l’accumulation d’eau douce sur substrat sableux en zone littorale, forment un ensemble de milieux aquatiques unique en Europe.

Ce territoire sur la côte aquitaine concentre une quinzaine de plans d’eau entre le Médoc en Gironde (33) et l’Adour dans les Landes (40). Leurs tailles varient de plusieurs milliers d’hectares (5816 ha pour l’étang de Carcans-Hourtin) à quelques hectares (6 ha pour l’étang de Moïsan).

Ces plans d’eau présentent plusieurs enjeux socio-économiques et de biodiversité et offrent de nombreux services (eau potable, baignades, loisirs, gestion des niveaux d’eau, ressources minérales, végétales et animales…). Cependant, de nombreuses menaces pèsent sur ces milieux : une urbanisation en forte expansion, une fréquentation touristique en hausse, des espèces exotiques envahissantes très présentes, un comblement des lacs par apports de sable, le réchauffement climatique. Ces milieux sont donc très vulnérables.

Lors de la première demi-journée du 17 octobre, les scientifiques ont apporté des réponses aux préoccupations des gestionnaires. Plusieurs thématiques ont alors été abordées :

  • La gestion des milieux et qualité de l’eau au niveau des lacs médocain. Les flux de nutriments au niveau des étangs de Carcans-Hourtin et Lacanau ont été examinés et des solutions de gestion ont été exposées.

  • Les macrophytes indigènes et exotiques présents sur le territoire et la gestion à mettre en place. L’échosondage est devenu un outil indispensable pour les gestionnaires. Cela leur permet de suivre le recouvrement des macrophytes exotiques ainsi que la hauteur d’eau libre dans les plans d’eau. Ainsi, grâce à cet outil, ils peuvent décider si une intervention est nécessaire sur un plan d’eau.

  • L’origine du mercure dans les poissons et la gestion à mettre en place : présentation du projet CLAQH (contamination polymétallique des lacs aquitains et impacts humains) mené par l’Université de Bordeaux. 

  • La prolifération des cyanobactéries : nouvelles méthodes de surveillance : présentation du projet CYANALERT qui est un système de surveillance et d’alerte des cyanobactéries des zones de baignades des étangs des pays du Born par sonde fluorimétrique (porté par l’Irstea en partenariat avec la communauté de communes des grands lacs et la communauté de communes de Mimizan). 

Différentes problématiques identifiées sur les plans d’eau de ce territoire ont été examinées lors de ces journées :

  • La biodiversité et gestion des milieux associés

  • Les niveaux d’eau à mettre en place sur les plans d’eau et les adaptations à préparer en lien avec le réchauffement climatique

  • Le comblement des lacs : les moyens pour prévenir et limiter ces apports

  • Les interactions entre les macrophytes et la qualité de l’eau des lacs aquitains :

Les pelouses constituées d’isoétides (comme Lobelia dortmanna, Littorella uniflora et Isoetes lacustris) fournissent d’important services écosystémiques, tels que l’oxygénation du sédiment, la rétention du méthane et de nutriments dans les sédiments. Cependant, les isoétides sont en régression dans les plans d’eau. Les causes possibles sont un enrichissement en matière organique du sédiment et la destruction des habitats par modifications hydromorphologiques des berges, piétinements, mouillages des bateaux.

  • Les dynamiques écologiques des lacs du littoral aquitain : projet DYLAQ, mené par l’Irstea avec le soutien de l’agence de l’eau Adour-Garonne. Ce projet vise à utiliser l’ensemble des données scientifiques sur les lacs et plans d’eau aquitains afin de comprendre les dynamiques des communautés végétales et animales, et celles des conditions environnementales. Ce projet doit aider à améliorer la gestion de ces écosystèmes lacustres.

Pendant la seconde journée technique, plusieurs outils ont été présentés :

  • Les outils réglementaires et de gestion de ce territoire, et plus particulièrement le SAGE Born et Buch

  • Le plan d’adaptation au changement climatique prévu dans le SDAGE du bassin Adour-Garonne et principalement les différentes conclusions concernant la façade atlantique.

Ce territoire devrait voir sa pression démographique continuer à augmenter puisque les températures devraient être plus fraîches que sur le reste du bassin Adour-Garonne. Les conflits d’usages seront donc encore plus présents dans le futur.

  • Histoire géologique des lacs et étangs du territoire aquitain

  • Etude de définition et de faisabilité d’une gestion des plans d’eau à l’échelle du territoire des lacs de la façade atlantique. Initiée par l’agence de l’eau Adour-Garonne, cette étude a pour but le partage et la concertation pour fédérer les acteurs surtout dans le contexte actuel de changement climatique et de budgets « tendus ».

La table ronde lors de la seconde après-midi a également permis un échange avec les élus sur la préservation de ce territoire.

Pour des compléments sur ces deux journées techniques, les différentes interventions peuvent être retrouvées sur le site de l’agence de l’eau Adour-Garonne, en cliquant ici 


         PARTAGEZ